L’interdisciplinarité au cœur de la formation

Ces jeudi 7 et vendredi 8 mars 2019 avaient lieu à Libramont deux journées d’étude interdisciplinaire. La première visait à réunir les étudiants des sections Enseignants préscolaires et primaires avec les étudiants de la section Logopédie, tandis que la deuxième était consacrée à l’interdisciplinarité dans le milieu paramédical.

L’interdisciplinarité pour mieux comprendre la complexité du monde

Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes habitués au découpage des savoirs. En effet, depuis l’école primaire, notre emploi du temps est divisé en fonction des différentes disciplines : maths, français, sciences, etc. Selon Francine Pellaud, professeure à la Haute École de Fribourg, ce découpage de la réalité a contribué au développement de spécialistes de très haut niveau. Cependant, comme le note la professeure Pellaud, nous sommes arrivés à un point où ce découpage ne permet plus d’avancer.

En découpant la complexité du monde en petits morceaux, nous constatons l’apparition d’interstices, qu’il faut absolument combler. Pour ce faire, il faut faire dialoguer les disciplines entre elles. Et c’est bien ce que font les enseignants de la HERS en proposant à leurs étudiants des journées d’étude consacrées à l’échange entre différentes disciplines.

Une rencontre entre les étudiants de logopédie et ceux d’instituteurs primaire et préscolaire

Les enseignants en logopédie et en préscolaire sont souvent interpellés lors de leurs visites de stage du peu d’échanges que les instituteurs ont avec les logopèdes et vice-versa. Face à ce constat, elles ont décidé de réagir et de proposer à leurs étudiants de se rencontrer afin d’aborder une thématique commune : l’acquisition de la lecture.

Durant une journée, les étudiants des différentes sections se sont réunis afin d’assister tout d’abord à une conférence sur l’apprentissage de la lecture et l’importance de l’oralité dans l’acquisition de cette compétence fondamentale. Lors de cette conférence, Madame Mme Dejaegher, Chargée de recherche à l'ULiège, leur a présenté le programme « parler », un programme créé par le gouvernement français en association avec le monde de l’enseignement et celui des orthophonistes (équivalent français des « logopèdes »).

À la suite de quoi, les étudiants des différentes sections ont été répartis en groupes hétérogènes. Durant deux heures, ils ont dû répondre à différentes questions, ce qui leur a permis d’échanger les points de vue et de réaliser des affiches reprenant les différentes notions dont ils avaient parlé.

Grâce à cette journée, les étudiants ont pris conscience de l’importance des échanges entre professions complémentaires et ont pu envisager les aspects spécifiques à chacune de leur profession. Une belle réussite qui sera sans nul doute réitérée l’année prochaine.

La création de synergie dans la catégorie paramédicale

Le monde paramédical est un monde riche dans lequel énormément de professions se côtoient, sans forcément interagir, faute de temps et faute de connaissance de la profession de l’autre. Afin de pallier ce problème, les professeurs de la catégorie paramédicale proposent depuis cinq années de réunir les étudiants face à un cas clinique.

En petit groupe, regroupant au moins un élève de la section logopédie, un de kinésithérapie et un d’infirmier, ils ont dû réfléchir à comment prendre en charge au mieux en patient. L’objectif de cet exercice est de leur faire comprendre l’importance des interactions entre les différentes professions qui se trouvent être complémentaires.

Deux journées riches en émotions qui ont permis à chaque section de découvrir le métier de l’autre, d’aller à sa rencontre et de comprendre comment interagir de façon efficace, toujours dans une visée altruiste.

Manon Rolin

Tous droits réservés © Haute École Robert Schuman

Recherche